Partie 2 Galerie des portraits

Buste de jeune garçon

0%
Buste de jeune garçon
Buste de jeune garçon
Buste de jeune garçon
Buste de jeune garçon
Buste de jeune garçon
Buste de jeune garçon
Buste de jeune garçon
Buste de jeune garçon
Date de création
Deuxième tiers du IIIe siècle
Matériau
Marbre de Dokimium (Turquie)
Dimensions
H. 36,5 x l. 25 x P. 17 (cm)
Numéro d’inventaire
Ra 125

Selon le rhéteur du IIe siècle de notre ère Julius Pollux, originaire de Naucratis, on aurait laissé pousser en partie la chevelure de certains enfants. Ainsi pouvait-on offrir ces longues mèches à la divinité sous la protection de laquelle ils étaient placés. L’offrande devait concourir à les protéger des risques qu’ils encouraient durant leur jeune âge Pollux grammaticus, Onomasticon, IIe siècle, II, 30.. L’intriguante touffe de cheveux située à l’arrière du crâne de ce buste, dont les cheveux sont pour l’essentiel coupés très court, permit d’avancer l’hypothèse que l’enfant lui-même aurait été consacré à une divinité. C’est à la déesse égyptienne Isis que l’on pensa, par assimilation de ces longues boucles à un indice capillaire connu sous le nom de « mèche d’Horus ».

La « mèche d’Horus », héritée de l’ancienne Egypte, se maintint durant l’époque impériale romaine comme le démontrent l’iconographie, en particulier au IIIe siècle. Quant aux longues mèches réservées à l’arrière du crâne, interprétées à leur tour comme le signe distinctif de la consécration de l’enfant à Isis, elles ne singularisent pas plus de quatorze portraits d’enfants H.R. Goette, « Römische Kinderbildnisse mit Jugend-Locken », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts. Athenische Abteilung, 104, 1989, p. 203‑217, en partic. p. 208. ; bien peu, donc, par rapport aux jeunes individus qui arborent une « mèche d’Horus » davantage respectueuse de la tradition, autrement dit portée sur le côté droit (plus marginalement sur le côté gauche) et retombant sur l’épaule. Si celle-ci représenta, dans l’Egypte ancienne, un marqueur social et de statut, elle put, au contraire, dans le monde romain, renvoyer plus directement à Isis A. Backe-Dahmen, « Roman Children and the \guillemotleft Horus Lock \guillemotright between Cult and Image », V. Gasparini, R. Veymiers (éd.), Individuals and Materials in the Greco-Roman Cults of Isis. Agents, Images, and Practices. Religions in the Graeco-Roman World, Leyde-Boston, 2018, p. 509‑538, p. 538..

Assurément bien présentes à Chiragan, sous la forme de statues de grand format, les divinités nilotiques ne peuvent cependant prouver la consécration de cet enfant à la grande déesse du Delta. Ainsi la coiffure pourrait-elle ici, plus modestement, renvoyer à un enfant, fragile par excellence, placé sous la protection de la déesse, garante de bonne santé et de postérité.

P. Capus

Bibliographie

  • Baratte 1993 F. Baratte, « Deux portraits d’enfants isiaques », Revue Archéologique, 1, p. 101‑110
    .
  • Cazes 1999 D. Cazes, Le Musée Saint-Raymond : musée des Antiques de Toulouse, Toulouse-Paris
    .
  • Derriks 1998 C. Derriks, « Une tête d’enfant isiaque. Hypothèse ou certitude », W. Clarysse, A. Schoors, H. Willems (éd.), Egyptian religion, the last thousand years : studies dedicated to the Memory of Jan Quagebeur I, Louvain, p. 91‑103
    .
  • Espérandieu 1908 É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, 2. Aquitaine, Paris
    .
  • Goette 1989 H.R. Goette, « Römische Kinderbildnisse mit Jugend-Locken », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts. Athenische Abteilung, 104, p. 203‑217
    .
  • Joulin 1901 L. Joulin, Les établissements gallo-romains de la plaine de Martres-Tolosane, Paris
    .
  • Rachou 1912 H. Rachou, Catalogue des collections de sculpture et d’épigraphie du musée de Toulouse, Toulouse
    .
  • Vonderstein 2011 M. Vonderstein, « Cirrus, mallos oder Horuslocke-Uberlegungen zu einem romischen Knabenportrat in der Berliner Antikensammlun », O. Pilz (éd.), "Keraunia": Beiträge zu Mythos, Kult und Heiligtum in der Antike, Berlin, Boston, p. 161‑176
    .
  • von Gonzenbach 1957 V. von Gonzenbach, Untersuchungen zu den Knabenweihen im Isiskult der römischen Kaiserzeit, Bonn
    .
  • Backe-Dahmen 2008 A. Backe-Dahmen, Die Welt der Kinder in der Antike, Mayence
    .
  • Musée Saint-Raymond 1995 Musée Saint-Raymond, Le regard de Rome : portraits romains des musées de Mérida, Toulouse et Tarragona. Exposition, Mérida, Museo nacional de arte romano ; Toulouse, Musée Saint-Raymond ; Tarragone, Museu nacional arqueològic de Tarragona, 1995, Toulouse
    .

Pour citer cette notice

Capus P., "Buste de jeune garçon", dans Les sculptures de la villa romaine de Chiragan, Toulouse, 2019, en ligne <https://villachiragan.saintraymond.toulouse.fr/ark:/87276/a_ra_125>.