Partie 2 Galerie des portraits

Buste d’Auguste couronné de chêne

0%
Buste d’Auguste couronné de chêne
Buste d’Auguste couronné de chêne
Buste d’Auguste couronné de chêne
Buste d’Auguste couronné de chêne
Buste d’Auguste couronné de chêne
Buste d’Auguste couronné de chêne
Buste d’Auguste couronné de chêne
Buste d’Auguste couronné de chêne
Données biographiques
63 avant n. è. - 14 de n. è.
Empereur de 27 avant n. è. à 14 de n. è.
Date de création
Première moitié du Ier siècle
Type
dit « Prima Porta »
Matériau
Marbre lychnites (île de Paros)
Dimensions
H. 51 x l. 34 x L. x P. 25 (cm)
Numéro d’inventaire
Ra 57

Petit-neveu de Jules César, Octave est le sauveur de la République et le fondateur de la dynastie des Julio-Claudiens. Le titre d’Auguste (épithète renvoyant à la sphère religieuse et qui l’élève au-dessus des autres hommes) lui fut décerné le 16 janvier 27 avant n. è. par le Sénat. Augustus devint rapidement son prénom et celui de tous ses successeurs.

Le schéma des mèches frontales est identique à celui de la tête, associée à un corps cuirassé et aux pieds nus, de la Auguste de Prima Porta, Musées du Vatican, Michal Osmenda / Wikimedia Commons CC BYstatue découverte à Prima Porta, aux portes de Rome, dans la villa de Livie, épouse d’Auguste. Cette œuvre, aujourd’hui conservée dans les Musées du Vatican, montre un visage qui, loin de la physionomie de l’empereur, s’inspirait de celui du Doryphore (« Porte-lance »), sculpture en bronze, connue par quelques répliques romaines en marbre, exécutée vers 440 avant n. è. par Polyclète, l’un des grands maîtres de l’époque classique. L’art de la Grèce du Ve siècle avant n. è. est en effet une référence constante dans l’art augustéen. L’idéal grec permet notamment de donner une image immuable de l’empereur, éternellement jeune, reflet de la stabilité de l’Empire. Le type iconographique de la tête de la statue de Prima Porta est associé à un type statuaire dont la portée symbolique était lourde de sens : des pieds nus, qui renvoyaient sans doute à un contexte religieux, ou encore d’héroïsation, et un décor sur la cuirasse montrant la restitution, en 20 avant n. è., des enseignes prises par les Parthes aux légions romaines de Crassus, lors de la bataille de Carrhes (actuelle Turquie), en 53 avant n. è. Un seul type de portrait, récurrent et stable, pouvait, on le sait, être associé à des types de statues différents : cuirassée, en toge (tête nue ou voilée), torse nu avec manteau enroulé à la taille, équestre ou encore assise. Le portrait d’Auguste, identique, donc, à celui de la statue de Prima Porta conservée au Vatican, montre une organisation des mèches, en particulier au-dessus du front, qui rompt avec le schéma qui avait été adopté pour les représentations antérieures de l’empereur. On y distingue un agencement, strictement suivi durant tout le règne, déterminé par de grandes mèches qui, depuis la droite, dessinent une fourche et deux « pinces de crabe ». La coiffure s’est aplatie et s’éloigne du gonflement caractéristique visible dans les portraits de jeunesse, conçus durant la guerre civile. Désormais, le visage, marqué du sceau de l’équilibre et de la plénitude de l’art grec classique, répond à la chevelure disciplinée, l’ensemble formant une métaphore de la pacification de Rome par le vengeur de la mort de César. Le type, appelé à devenir immuable, permet d’identifier sans réelle ambigüité le primus inter pares (premier parmi ses égaux). C’est à partir de l’attribution du titre d’Augustus et de sa prise de pouvoir sur la République (sans qu’il ne soit réellement question d’un régime de type monarchique), en 27 avant n. è., que ce portrait de l’imperator fut créé et put s’imposer. Partout dans l’Empire, jusqu’à ses confins, cette image idéale fut rapidement diffusée.

Le portrait de Chiragan arbore la corona civica (« couronne civique »), composée de feuilles de chêne, symbole de Jupiter. Ce symbole honorifique fut décerné par le Sénat, lors de la cérémonie d’investiture, précédemment mentionnée, de janvier 27 avant n. è., à celui qui avait mis fin aux guerres civiles, rétabli la paix et assurait préserver les valeurs de la République oligarchique. Deux autres portraits, de même type et couronnés de chêne, conservés au Portrait d’Auguste du type de Prima Porta, Musée du Louvre Ma 1247 (MR 426), Marie-Lan Nguyen / Wikimedia Commons CC BYmusée du Louvre et à la « Auguste Bevilacqua », Glyptothèque de Munich, Carole Raddato / Wikimedia Commons CC BY-SAGlyptothèque de Munich, ont été rapprochés de l’effigie de Chiragan. On notera, en outre, sur ces trois œuvres, comme sur bien d’autres, le crâne aplati à l’arrière ; il semble bien que ce trait récurrent sur les effigies en marbre de l’empereur représente l’une de ses caractéristiques physiques, à l’image, peut-être, de la bosse nasale, conforme à ce que rapporte Suétone Suétone, « Auguste », Vies Des Douze Césars, début IIe siècle. dans sa description détaillée d’Auguste.

D’après J.-C. Balty 2005, Les portraits romains , 1 : Époque julio-claudienne, 1.1 (Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane), Toulouse, p. 73-98.

Bibliographie

  • Landes 1990 C. Landes (éd.), Le cirque et les courses de chars, Rome-Byzance. Exposition, Musée archéologique Henri Prades, Lattes, 1990, Lattes
    .
  • Balty, Cazes 2005 J.-C. Balty, D. Cazes, Les portraits romains , 1 : Époque julio-claudienne, 1.1 (Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane), Toulouse
    .
  • Benoit 1952 F. Benoit, « Le sanctuaire d’Auguste et les cryptoportiques d’Arles », Revue archéologique, 39
    .
  • Bergmann 1999 M. Bergmann, Chiragan, Aphrodisias, Konstantinopel : zur mythologischen Skulptur der Spätantike (Palilia), Wiesbaden
    .
  • Bernoulli 1882 J.J. Bernoulli, Römische Ikonographie, Stuttgart
    .
  • Boschung 1993 D. Boschung, Die Bildnisse des Augustus (Das römische Herrscherbild. 1. Abteilung), Berlin
    .
  • Boschung 2002 D. Boschung, Gens Augusta : Untersuchungen zu Aufstellung, Wirkung und Bedeutung der Statuengruppen des julisch-claudischen Kaiserhauses (Monumenta artis romanae), Mayence
    .
  • Braemer 1999 F. Braemer, « Le culte impérial en Narbonnaise et dans les Alpes au Haut-Empire : documents sculptés », Revue archéologique de Narbonnaise, 32, p. 49‑55
    .
  • Braemer 1952 F. Braemer, « Les portraits antiques trouvés à Martres-Tolosane », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, p. 143‑148
    .
  • Cazes 1999 D. Cazes, Le Musée Saint-Raymond : musée des Antiques de Toulouse, Toulouse-Paris
    .
  • Curtius 1935 L. Curtius, Ikonographische Beiträge zum Porträt der Römischen Republik und der Julisch-Claudischen Familie : VII Nero Claudius Drusus, der Ältere VIII Jugendbildnisse des Tiberius (Römische Mitteilungen), Berlin
    .
  • Du Mège 1835 A. Du Mège, Description du musée des Antiques de Toulouse, Toulouse
    .
  • Du Mège 1828 A. Du Mège, Notice des monumens antiques et des objets de sculpture moderne conservés dans le musée de Toulouse, Toulouse
    .
  • Du Mège 1830 A. Du Mège, « Recherches sur Calagorris des Convenae », Mémoires de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-lettres de Toulouse, t. II 1823-1827
    .
  • Espérandieu 1908 É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, 2. Aquitaine, Paris
    .
  • Frigerio 1938 F. Frigerio, « Augusto, gesta e immagini », Rivista Archeologica dell’antica Provincia e Diocesi di Como, CXVII-CXVIII
    .
  • Gonse 1904 L. Gonse, Les chefs-d’oeuvre des musées de France : Sculpture, dessins, objets d’art, Paris
    .
  • Hausmann 1981 U. Hausmann, « Zur Typologie und Ideologie des Augustus-porträts », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, Berlin-New York
    .
  • Hertel 1982 E.D. Hertel, Untersuchungen zu Stil und Chronologie des Kaiser-und Prinzenporträts von Augustus bis Claudius, Bonn
    .
  • Johansen 1976 F. Johansen, « Le portrait d’Auguste de Prima Porta et sa datation », Studia Romana in honorem Petri Krarup septuagenarii, Odense, p. 57
    .
  • Joulin 1901 L. Joulin, Les établissements gallo-romains de la plaine de Martres-Tolosane, Paris
    .
  • Massendari 2006 J. Massendari, La Haute-Garonne : hormis le Comminges et Toulouse 31/1 (Carte archéologique de la Gaule), Paris
    .
  • Montini 1938 I. Montini, Il Ritratto di Augusto, Roma
    .
  • Rachou 1912 H. Rachou, Catalogue des collections de sculpture et d’épigraphie du musée de Toulouse, Toulouse
    .
  • Roschach 1865 E. Roschach, Catalogue des antiquités et des objets d’art, Toulouse
    .
  • Rosso 2006 E. Rosso, L’image de l’empereur en Gaule romaine : portraits et inscriptions (Archéologie et histoire de l’art), Paris
    .
  • Salviat, Terrer 1980 F. Salviat, D. Terrer, « À la découverte des empereurs romains et de leur famille, à travers les historiens et les portraits de Gaule Narbonnaise », Les dossiers de l’archéologie, 41, p. 6‑87
    .
  • Musée Saint-Raymond 2011 Musée Saint-Raymond, L’essentiel des collections (Les guides du MSR), Toulouse
    .
  • Musée Saint-Raymond 1995 Musée Saint-Raymond, Le regard de Rome : portraits romains des musées de Mérida, Toulouse et Tarragona. Exposition, Mérida, Museo nacional de arte romano ; Toulouse, Musée Saint-Raymond ; Tarragone, Museu nacional arqueològic de Tarragona, 1995, Toulouse
    .
  • Musée Saint-Raymond, Toulouse 1990 Musée Saint-Raymond, Toulouse, Le cirque romain. Exposition, Musée Saint-Raymond, Toulouse, 1990, Toulouse
    .

Pour citer cette notice

Capus P., "Buste d’Auguste couronné de chêne", dans Les sculptures de la villa romaine de Chiragan, Toulouse, 2019, en ligne <https://villachiragan.saintraymond.toulouse.fr/ark:/87276/a_ra_57>.