Partie 2 Galerie des portraits

Tête de Lucius Verus

0%
Tête de Lucius Verus
Tête de Lucius Verus
Tête de Lucius Verus
Tête de Lucius Verus
Tête de Lucius Verus
Tête de Lucius Verus
Tête de Lucius Verus
Tête de Lucius Verus
Données biographiques
130 - 169
Co-empereur avec Marc Aurèle de 161 à 169
Date de création
Entre 161 et 169
Type
IV (« Samtherrschaftstypus », type du règne conjoint avec Marc Aurèle)
Matériau
Marbre de Göktepe 3 (Turquie)
Dimensions
H. 35,5 x l. 26,5 x P. 27 (cm)
Numéro d’inventaire
Ra 63

Le jeune Lucius Ceionius Commodus fut Adopté par Antonin le Pieux, à la demande d’Hadrien, le 25 février 138, en même temps que le futur Marc Aurèle. Il portera dès lors le nom de Lucius Aelius Aurelius Commodus mais sera davantage connu sous celui de Lucius Verus. Il était entré, dès l’âge sept ans, dans la gens Aurelia, la famille d’Antonin ; aussi conserve-t-on, comme pour son frère adoptif Marcus, des portraits d’enfant et d’adolescent du jeune prince (trois types successifs, dont deux correspondant à ceux de Marcus).

Quoique faisant partie de la domus Augusta, Verus « vécut longtemps dans la condition d’un simple citoyen, sans jouir de ces marques d’honneur dont était entouré Marcus », écrit l’Histoire Auguste (Vie de Verus, 3, 4) ; mais il fut consul en 154 et 161. À la mort d’Antonin, le 7 mars 161, Marc Aurèle l’investit de la dignité impériale, lui conféra tous les honneurs (il reçut la puissance tribunicienne annuelle et fut à nouveau consul en 167) et partagea le pouvoir avec lui.

C’est de ce moment que datent les nombreux portraits (on en connaît aujourd’hui une centaine) qui le représentent donc à l’âge mûr ; il avait 31 ans. Durant les huit années de ce règne conjoint avec Marc Aurèle, cette effigie ne connut aucune modification ; elle correspond très exactement au type III de Marc Aurèle qui, lui aussi, demeura inchangé de 161 à la mort de Verus (janvier-février 169) : même durée, même diffusion dans tout l’Empire. Les seules différences que l’on puisse observer d’un exemplaire à l’autre tiennent à des pratiques d’ateliers différents : ainsi, l’intense utilisation du trépan qui caractérise le portrait de Chiragan, comme la plupart de ceux parvenus jusqu’à nous, ne se retrouve pas sur certains exemplaires provenant d’autres officines, exemplaires où les cheveux sont presque exclusivement travaillés au ciseau droit (dont celui de Tarragone, découvert dans le secteur du forum de la colonie). Maîtrisant parfaitement le maniement du foret, le praticien qui réalisa l’œuvre de Toulouse a rendu avec virtuosité et une extrême précision le modelé et le dessin très particulier des mèches de l’« Urbild » (prototype créé par les ateliers impériaux du palais) et ce, jusqu’à l’arrière et dans la nuque où elles ont un aspect presque végétal. Cette abondante chevelure bouclée qui retombe assez bas sur le front a souvent été imitée dans le portrait privé de ces mêmes années, les dandys de l’époque s’évertuant à reproduire en cela la coiffure de l’empereur (on sait le soin qu’il apportait à ses cheveux blonds d’après l’Histoire Auguste, Vie de Verus, 10, 7) et créant une véritable mode dont témoignent encore bien des portraits de nos musées, souvent pris à tort pour des portraits de Verus.

D’après J.-C. Balty 2012, Les portraits romains , 1 : Le siècle des Antonins, 1.2 (Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane), Toulouse, p. 233-242.

Bibliographie

  • Bulletin municipal 1936 Bulletin municipal, Toulouse
    .
  • Balty, Cazes, Rosso 2012 J.-C. Balty, D. Cazes, E. Rosso, Les portraits romains , 1 : Le siècle des Antonins, 1.2 (Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane), Toulouse
    .
  • Bernoulli 1882 J.J. Bernoulli, Römische Ikonographie, Stuttgart
    .
  • Braemer 1952 F. Braemer, « Les portraits antiques trouvés à Martres-Tolosane », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, p. 143‑148
    .
  • Cazes 1999 D. Cazes, Le Musée Saint-Raymond : musée des Antiques de Toulouse, Toulouse-Paris
    .
  • Du Mège 1835 A. Du Mège, Description du musée des Antiques de Toulouse, Toulouse
    .
  • Du Mège 1844 A. Du Mège, Description du musée des Antiques de Toulouse (document manuscrit )
    .
  • Du Mège 1828 A. Du Mège, Notice des monumens antiques et des objets de sculpture moderne conservés dans le musée de Toulouse, Toulouse
    .
  • Espérandieu 1908 É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, 2. Aquitaine, Paris
    .
  • Rachou 1912 H. Rachou, Catalogue des collections de sculpture et d’épigraphie du musée de Toulouse, Toulouse
    .
  • Roschach 1865 E. Roschach, Catalogue des antiquités et des objets d’art, Toulouse
    .
  • Roschach 1892 E. Roschach, Catalogue des musées archéologiques de la ville de Toulouse : Musée des Augustins, Musée Saint-Raymond, Toulouse
    .
  • Rosso 2006 E. Rosso, L’image de l’empereur en Gaule romaine : portraits et inscriptions (Archéologie et histoire de l’art), Paris
    .
  • Wegner 1939 M. Wegner, Die Herrscherbildnisse in antoninischer Zeit (Das römische Herrscherbild), Berlin
    .
  • Wegner, Unger 1979 M. Wegner, R. Unger, « Verzeichnis der Kaiserbildnisse von Antoninus Pius bis Commodus », Boreas. Münstersche Beiträge zur Archäologie, 2, p. 87‑181
    .
  • Musée Saint-Raymond 2011 Musée Saint-Raymond, L’image et le pouvoir : le siècle des Antonins. Exposition, Musée Saint-Raymond, Toulouse, 19 novembre 2011-18 mars 2012, Toulouse
    .
  • Musée Saint-Raymond 1995 Musée Saint-Raymond, Le regard de Rome : portraits romains des musées de Mérida, Toulouse et Tarragona. Exposition, Mérida, Museo nacional de arte romano ; Toulouse, Musée Saint-Raymond ; Tarragone, Museu nacional arqueològic de Tarragona, 1995, Toulouse
    .

Pour citer cette notice

Capus P., "Tête de Lucius Verus", dans Les sculptures de la villa romaine de Chiragan, Toulouse, 2019, en ligne <https://villachiragan.saintraymond.toulouse.fr/ark:/87276/a_ra_63>.