Partie 4 L’antiquité tardive

Esculape

0%
Esculape
Esculape
Esculape
Esculape
Esculape
Date de création
Fin du IIIe siècle
Matériau
Marbre de Saint-Béat (Haute-Garonne)
Dimensions
H. 78 x l. 75 x P. 38 (cm)
Numéro d’inventaire
Ra 34 m

Esculape (l’Asclépios grec) était le dieu de la médecine. Il soulageait la souffrance et ressuscitait les morts. Le serpent sculpté au-dessus de son épaule droite est son attribut ; il fait référence à des forces bénéfiques et sa mue est le symbole de sa renaissance permanente. Parfois enroulé autour d’un bâton, ce symbole est aujourd’hui l’emblème des professions médicales.

Les yeux d’Esculape, saillants et couverts en partie par de larges paupières supérieures tombantes, sont couronnés d’arcades sourcilières à angle aigu. Au-dessus du front, deux grandes boucles sinueuses, parfaitement symétriques, en forme de S, sont disposées de part et d’autre de la division centrale de la chevelure. De longues boucles généreuses couvrent les oreilles ou retombent à l’arrière jusqu’à la nuque. La barbe est encore plus abondante. Divisée verticalement et très profondément, à l’aide du trépan, les enroulements y sont divisés horizontalement au ciseau et s’achèvent à l’avant par deux spirales qui, au niveau de la pomme d’Adam, s’entremêlent. Les autres médaillons figurant des divinités masculines ont reçu un traitement similaire. C’est une caractéristique du travail de l’atelier venu exécuter cette commande de prestige.

Esculape était déjà présent à Chiragan, sous la forme d’une statuette, antérieure d’au moins deux siècles à la création du groupe des effigies divines sur médaillon. Ainsi les dieux sauveurs, Dionysos, Isis, Sarapis, Hygie ou encore Esculape, garants de la survie, sur terre comme dans l’au-delà, représentent-ils une proportion particulièrement importante au sein de la villa.

P. Capus

Bibliographie

  • Landes 1992 C. Landes (éd.), Dieux guérisseurs en Gaule romaine. Exposition, Musée archéologique Henri Prades, Lattes, 1992, Lattes
    .
  • Rodà 2007 I. Rodà (éd.), Roma S.P.Q.R : Senatus Populus Que Romanus, Madrid
    .
  • Cazes 1999 D. Cazes, Le Musée Saint-Raymond : musée des Antiques de Toulouse, Toulouse-Paris
    .
  • Du Mège 1835 A. Du Mège, Description du musée des Antiques de Toulouse, Toulouse
    .
  • Du Mège 1828 A. Du Mège, Notice des monumens antiques et des objets de sculpture moderne conservés dans le musée de Toulouse, Toulouse
    .
  • Espérandieu 1908 É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, 2. Aquitaine, Paris
    .
  • Joulin 1901 L. Joulin, Les établissements gallo-romains de la plaine de Martres-Tolosane, Paris
    .
  • Long 1987 C.R. Long, The Twelve Gods of Greece and Rome, Leyde-NewYork-Copenhague
    .
  • Pierron 1992 J. Pierron, « Médaillons représentant Hygie et Esculape », Le Jardin des Antiques. Bulletin des Amis du Musée Saint-Raymond, octobre, p. 5‑6
    .
  • Rachou 1912 H. Rachou, Catalogue des collections de sculpture et d’épigraphie du musée de Toulouse, Toulouse
    .
  • Roschach 1892 E. Roschach, Catalogue des musées archéologiques de la ville de Toulouse : Musée des Augustins, Musée Saint-Raymond, Toulouse
    .
  • Musée Saint-Raymond 2011 Musée Saint-Raymond, L’essentiel des collections (Les guides du MSR), Toulouse
    .

Pour citer cette notice

Capus P., "Esculape", dans Les sculptures de la villa romaine de Chiragan, Toulouse, 2019, en ligne <https://villachiragan.saintraymond.toulouse.fr/ark:/87276/a_ra_34_m>.