Partie 4 L’antiquité tardive

Maximien Hercule (?) donnant le signal d’ouverture des jeux

0%
Maximien Hercule (?) donnant le signal d’ouverture des jeux
Date de création
Fin du IIIe siècle
Matériau
Marbre de Saint-Béat (Haute-Garonne)
Dimensions
H. 30 (tête) - 51 (bras) - 35 (main gauche) x l. 22,5 (tête) - 23,5 (bras) - 19 (main gauche) x P. 16,5 (tête) - 17,5 (bras) - 14,5 (main gauche) (cm)
Numéro d’inventaire
Ra 50 bis, Ra 97 et Ra 98

Grâce à deux statues conservées à Rome, dans les musées du Capitole, on peut restituer ici l’attitude du personnage comme ses vêtements : tunique à manches longues qui descend jusqu’aux chevilles, recouverte par une seconde tunique un peu plus courte, sans manches, et une toge pourpre (toga picta). Il tient dans sa main droite une étoffe (la mappa). Ce tissu blanc était jeté par l’editor (magistrat qui ordonnait les jeux dans l’arène ou le cirque) afin de donner le signal du début des combats ou le départ de la course de chars. Aussitôt, la tuba (longue trompe en bronze) sonnait et les compétitions débutaient. La main gauche tient un sceptre (scipio), insigne du pouvoir. Le même individu servit indéniablement de modèle pour un portrait monumental, également en marbre de Saint-Béat, mis au jour dans la villa. Il s’agirait de l’empereur Maximien Hercule.

Dans les années 293/296, des invasions de peuples migrateurs en Afrique du Nord et des razzias de pirates francs sur les côtes espagnoles obligent Maximien à se rendre dans ces provinces. La construction du palais de Cercadilla, près de Cordoue, fut rattaché à cette période. Les Pyrénées centrales durent alors servir de passage pour les légions venues de Germanie et de Gaule. C’est à partir de cette époque de la Tétrarchie (gouvernement de l’Empire à quatre têtes), à la fin du IIIe siècle, que la villa de Chiragan connut une période de très grande activité et d’importantes transformations architecturales. L’extraordinaire décor conçu dans ces années-là est sans doute destiné à célébrer les combats de l’empereur, comparables à ceux menés par Hercule, le patron divin de Maximien.

D’après J.-C. Balty

Bibliographie

  • Balty, Cazes 2008 J.-C. Balty, D. Cazes, Les portraits romains , 1 : La Tétrarchie, 1.5 (Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane), Toulouse
    .
  • Bergmann 1999 M. Bergmann, Chiragan, Aphrodisias, Konstantinopel : zur mythologischen Skulptur der Spätantike (Palilia), Wiesbaden
    .
  • Espérandieu 1908 É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, 2. Aquitaine, Paris
    .
  • Joulin 1901 L. Joulin, Les établissements gallo-romains de la plaine de Martres-Tolosane, Paris
    .
  • Rachou 1912 H. Rachou, Catalogue des collections de sculpture et d’épigraphie du musée de Toulouse, Toulouse
    .

Pour citer cette notice

Capus P., "Maximien Hercule (?) donnant le signal d’ouverture des jeux", dans Les sculptures de la villa romaine de Chiragan, Toulouse, 2019, en ligne <https://villachiragan.saintraymond.toulouse.fr/ark:/87276/a_ra_50_bis_ra_97_ra_98>.