Partie 2 Galerie des portraits

Buste cuirassé de Caracalla enfant

0%
Buste cuirassé de Caracalla enfant
Buste cuirassé de Caracalla enfant
Buste cuirassé de Caracalla enfant
Buste cuirassé de Caracalla enfant
Buste cuirassé de Caracalla enfant
Buste cuirassé de Caracalla enfant
Buste cuirassé de Caracalla enfant
Buste cuirassé de Caracalla enfant
Données biographiques
188 - 217
Fils de Septime Sévère et Julia Domna, frère de Géta. Empereur de 211 à 217
Date de création
Entre 195/196 et 205
Type
« de l’arc des Argentarii »
Matériau
Marbre de Göktepe 3 (Turquie)
Dimensions
H. 48 x l. 49 x L. x P. 26 (cm)
Numéro d’inventaire
Ra 119 - Ra 58 c

Lucius Septimius Bassianus, dit Caracalla, fils de l’Africain Septime Sévère et de la syrienne Julia Domna, est né à Lyon en 188. Son portrait est ici très proche de celui de l’arc des Argentiers, à Rome, un monument érigé en bordure du Tibre, à l’emplacement du débouché du vicus Jugarius sur la place du Forum Boarium. L’arc avait été offert à la famille impériale par les banquiers et les marchands de bestiaux de cette importante aire de transactions commerciales.

On voit encore aujourd’hui, sur le panneau interne de cette construction, du côté oriental, le couple impérial sacrifiant. Septime Sévère et son épouse Julia Domna étaient à l’origine accompagnés de Géta, élevé au rang de César, mais son effigie fut bûchée, sur ordre de son frère, Caracalla, qui l’assassina (fin de l’année 211) et tenta d’en faire disparaître le souvenir (damnatio memoriae). Faisant face à ce relief, Représentation de Caracalla sur l’arc des Argentiers à Rome, Diletta Menghinello / Wikimedia Commons CC BYun second panneau, sur la pile occidentale, montrait à l’origine Caracalla accompagné de son épouse, Plautille, et de son beau-père, Plautien. Brutalement éliminés, sur ordre du fils de Septime, il en fut de même de leurs portraits.

Il est possible de faire remonter la date de création du type dit « des Argentiers » à 198, alors que Caracalla avait été élevé au rang d’Auguste. Il avait 8 ans. On connaît aujourd’hui une quarantaine d’exemplaires similaires. Celui des musées du Vatican est le plus proche, par son style, du portrait découvert à Chiragan. Le buste n’a été reconnu qu’en 2011 comme la partie manquante de cette œuvre ; sa couleur trahit un contexte d’enfouissement différent.

D’après J.-C. Balty 2020 (à paraître), Les Portraits Romains : L’époque Des Sévères, Toulouse.

Bibliographie

  • Balty 1983 J.-C. Balty, « Style et Facture. Notes sur le portrait romain du IIIe siècle de notre ère », Revue Archéologique, 2, p. 301‑314
    .
  • Balty, Cazes, Rosso 2012 J.-C. Balty, D. Cazes, E. Rosso, Les portraits romains , 1 : Le siècle des Antonins, 1.2 (Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane), Toulouse
    .
  • Braemer 1952 F. Braemer, « Les portraits antiques trouvés à Martres-Tolosane », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, p. 143‑148
    .
  • Bruneau, Torelli, Barral i Altet 1991 P. Bruneau, M. Torelli, X. Barral i Altet, La sculpture : le prestige de l’Antiquité du VIIIe siècle avant J.-C. au Ve siècle après J.-C. (Histoire d’un art), Genève
    .
  • Budde 1951 L. Budde, Jugendbildnisse des Caracalla und Geta, Münster
    .
  • Cazes 1999 D. Cazes, Le Musée Saint-Raymond : musée des Antiques de Toulouse, Toulouse-Paris
    .
  • Du Mège 1828 A. Du Mège, Notice des monumens antiques et des objets de sculpture moderne conservés dans le musée de Toulouse, Toulouse
    .
  • Espérandieu 1908 É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, 2. Aquitaine, Paris
    .
  • Fittschen 1969 K. Fittschen, « Bemerkungen zu den Porträts des 3. Jahrhunderts nach Christus », Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts, 84, p. 198‑236
    .
  • Fittschen, Zanker 1985 K. Fittschen, P. Zanker, Katalog der römischen Porträts in den Capitolinischen Museen und den anderen kommunalen Sammlungen der Stadt Rom, Mayence
    .
  • Giuliano 1979 A. Giuliano, Museo nazionale romano : I, Le sculture, Rome
    .
  • Joulin 1901 L. Joulin, Les établissements gallo-romains de la plaine de Martres-Tolosane, Paris
    .
  • Lebègue 1892 A. Lebègue, « Notice sur les fouilles de Martres-Tolosane », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques, 1, 1, p. 29
    .
  • Massendari 2006 J. Massendari, La Haute-Garonne : hormis le Comminges et Toulouse 31/1 (Carte archéologique de la Gaule), Paris
    .
  • Rachou 1912 H. Rachou, Catalogue des collections de sculpture et d’épigraphie du musée de Toulouse, Toulouse
    .
  • Roschach 1892 E. Roschach, Catalogue des musées archéologiques de la ville de Toulouse : Musée des Augustins, Musée Saint-Raymond, Toulouse
    .
  • Rosso 2006 E. Rosso, L’image de l’empereur en Gaule romaine : portraits et inscriptions (Archéologie et histoire de l’art), Paris
    .
  • Wiggers, Wegner 1971 H.B. Wiggers, M. Wegner, Caracalla, Geta Plautilla (Das römische Herrscherbild. 3. Abt), Berlin
    .

Pour citer cette notice

Capus P., "Buste cuirassé de Caracalla enfant", dans Les sculptures de la villa romaine de Chiragan, Toulouse, 2019, en ligne <https://villachiragan.saintraymond.toulouse.fr/ark:/87276/a_ra_119_ra_58_c>.