Partie 2 Galerie des portraits

Buste de Trajan

0%
Buste de Trajan
Buste de Trajan
Buste de Trajan
Buste de Trajan
Buste de Trajan
Buste de Trajan
Buste de Trajan
Buste de Trajan
Données biographiques
53 - 117
Empereur de 98 à 117
Date de création
Vers 108
Type
dit « des Decennalia »
Matériau
Marbre de Göktepe 3 (Turquie)
Dimensions
H. 41 x L. 26,5 x P. 24 (cm)
Numéro d’inventaire
Ra 58 b

Après l’assassinat de l’empereur Domitien, le 18 septembre 96, et donc la fin des Flaviens, le règne de Nerva (96-98) représenta une courte mais nécessaire transition dans l’histoire du Principat. Il inaugura le temps d’une dynastie, celle des Antonins, du nom d’Antonin le Pieux qui, mieux que tout autre, symbolise la stabilité de l’Empire. La nouvelle maison impériale privilégiera le système de l’adoption du meilleur, et non les liens du sang, avant que Marc Aurèle, avant-dernier représentant de cette lignée artificielle, ne revienne, bien malheureusement, sur ce principe. Après Nerva, le pouvoir fut concentré entre les mains de six empereurs : Trajan, Hadrien, Antonin le Pieux, Marc Aurèle (associé un temps à Lucius Verus) et Commode.

Trajan est issu d’une famille de colons italiens installés dans la province de Bétique (actuelle Andalousie) à Italica (actuelle Santiponce, près de Séville). Adopté par Nerva, il épouse Plotine, dont la famille était originaire de Nîmes. L’évolution de son image sculptée est dictée par les grands événements de son règne. Quatre types de portraits sont aujourd’hui reconnus, qui se différencient bien souvent par la seule disposition des mèches de cheveux.

Cet exemplaire est l’œuvre de l’une des meilleures officines de Rome. En témoignent les mèches de la chevelure sur le front et les tempes, rendues avec souplesse, et le modelé sensible du pavillon et du lobe de l’oreille. La large zone piquetée à la base du cou indique qu’à ce buste était associé, à l’origine, un paludamentum (manteau militaire des généraux et des empereurs). La tête, vigoureusement tournée vers la droite, témoigne de l’énergie et de la force morale de l’empereur.

La série dans laquelle s’inscrit cette effigie, indique, pour la première fois, le départ des bras, très clairement marqués par une incision ou une légère dépression qui les distinguent du modelé général du torse. Cette étape décisive vers un rendu plus naturaliste sera poursuivie par l’accentuation des muscles de la poitrine. Ce type iconographique, si novateur, apparaît sur les reliefs de la Colonne Trajane, à Rome, et doit donc être antérieur à 113. On l’a longtemps mis en correspondance avec la célébration des decennalia (dix ans de règne), en 108. Certains ont toutefois préféré relier sa réalisation au second triomphe sur les Daces, en 107.

D’après J.-C. Balty 2012, Les portraits romains , 1 : Le siècle des Antonins, 1.2 (Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane), Toulouse, p. 92-101.

Bibliographie

  • Musées départementaux de Loire-Atlantique 1987 Musées départementaux de Loire-Atlantique (éd.), Le trésor de Garonne : IIe siècle après Jésus-Christ : des monnaies dans la "grave"  : Musée monétaire, Paris ; Musée d’histoire de Marseille ; Musée d’archéologie-Musée Thomas Dobrée, Nantes…, Nantes
    .
  • Balty 1977 J.-C. Balty, « Un nouveau portrait de Trajan », Les cahiers de Mariemont. Bulletin du Musée royal de Mariemont, 8, p. 45‑62
    .
  • Balty, Cazes, Rosso 2012 J.-C. Balty, D. Cazes, E. Rosso, Les portraits romains , 1 : Le siècle des Antonins, 1.2 (Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane), Toulouse
    .
  • Braemer 1952 F. Braemer, « Les portraits antiques trouvés à Martres-Tolosane », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, p. 143‑148
    .
  • Du Mège 1835 A. Du Mège, Description du musée des Antiques de Toulouse, Toulouse
    .
  • Du Mège 1844 A. Du Mège, Description du musée des Antiques de Toulouse (document manuscrit )
    .
  • Du Mège 1828 A. Du Mège, Notice des monumens antiques et des objets de sculpture moderne conservés dans le musée de Toulouse, Toulouse
    .
  • Espérandieu 1908 É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, 2. Aquitaine, Paris
    .
  • Joulin 1901 L. Joulin, Les établissements gallo-romains de la plaine de Martres-Tolosane, Paris
    .
  • Massendari 2006 J. Massendari, La Haute-Garonne : hormis le Comminges et Toulouse 31/1 (Carte archéologique de la Gaule), Paris
    .
  • Rachou 1912 H. Rachou, Catalogue des collections de sculpture et d’épigraphie du musée de Toulouse, Toulouse
    .
  • Roschach 1865 E. Roschach, Catalogue des antiquités et des objets d’art, Toulouse
    .
  • Roschach 1892 E. Roschach, Catalogue des musées archéologiques de la ville de Toulouse : Musée des Augustins, Musée Saint-Raymond, Toulouse
    .
  • Rosso 2006 E. Rosso, L’image de l’empereur en Gaule romaine : portraits et inscriptions (Archéologie et histoire de l’art), Paris
    .
  • Centre culturel Abbaye de Daoulas 1993 Centre culturel Abbaye de Daoulas, Rome face aux Barbares : 1000 ans pour un empire. Exposition, Abbaye de Daoulas, 19 juin-26 septembre 1993, Daoulas
    .
  • Musée Saint-Raymond 2011 Musée Saint-Raymond, L’image et le pouvoir : le siècle des Antonins. Exposition, Musée Saint-Raymond, Toulouse, 19 novembre 2011-18 mars 2012, Toulouse
    .
  • Musée Saint-Raymond, Toulouse 1990 Musée Saint-Raymond, Toulouse, Le cirque romain. Exposition, Musée Saint-Raymond, Toulouse, 1990, Toulouse
    .

Pour citer cette notice

Capus P., "Buste de Trajan", dans Les sculptures de la villa romaine de Chiragan, Toulouse, 2019, en ligne <https://villachiragan.saintraymond.toulouse.fr/ark:/87276/a_ra_58_b>.