Partie 2 Galerie des portraits

Buste de Trajan

0%
Buste de Trajan
Buste de Trajan
Buste de Trajan
Buste de Trajan
Buste de Trajan
Buste de Trajan
Buste de Trajan
Buste de Trajan
Données biographiques
53 - 117
Empereur de 98 à 117
Date de création
Entre 108 et 113
Type
dit « du sacrifice »
Matériau
Marbre de Carrare
Dimensions
H. 56 x l. 36 x P. 25 (cm)
Numéro d’inventaire
Ra 117

Le torse nu était peut-être, à l’origine, en partie revêtu de l’égide (l’armure de la déesse Athéna/Minerve, donnée par Zeus/Jupiter), comme le montrent deux autres bustes, conservés à Buste de Trajan des thermes de Caracalla à Rome, Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague, Carole Raddato / Wikimedia Commons CC BY-SACopenhague et à Munich. À cette cuirasse, le buste danois ajoute un calice d’acanthe, à sa base. Ces éléments permettraient de comprendre la large lacune arrondie, au niveau de l’épaule gauche, du buste de Chiragan, ainsi que le vide triangulaire très particulier séparant les deux pectoraux.

L’égide apparaît pour la première fois sur les portraits d’Alexandre le Grand et rappelle la filiation divine du souverain. Elle est relativement fréquente dans le monnayage de Trajan, et ce dès les premières émissions monétaires. Elle constitue un témoignage particulièrement éclairant de cette « théologie jovienne (se rapportant à Jupiter) du pouvoir impérial » qui caractérise le règne de l’Optimus Princeps (le meilleur des empereurs), doctrine dont l’écrivain Pline le Jeune se fait l’écho dans son Panégyrique de Trajan. Au moment où l’Empire a atteint son extension territoriale maximale, on ne pouvait mieux représenter cette domination universelle de l’empereur.

La chevelure, coupée « au bol » et peignée de l’arrière vers l’avant sur les portraits les plus anciens du Princeps, est ici plus complexe et annonce celle des effigies de l’époque d’Hadrien, son successeur. La disposition des mèches situées aux niveaux de la frange et des tempes suit un schéma très spécifique, qui apparaît sur des scènes de la Colonne de Trajan, à Rome, où l’empereur accomplit un sacrifice. C’est l’origine du nom donné à ce nouveau type iconographique. Sans doute est-il un des derniers, sinon le dernier du règne. Attesté, nous l’avons dit, sur la Colonne Trajane, il est donc antérieur à celle-ci, dont la dédicace date du 12 mai 113.

D’après J.-C. Balty 2012, Les portraits romains , 1 : Le siècle des Antonins, 1.2 (Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane), Toulouse, p. 102-112.

Bibliographie

  • Rodà 2007 I. Rodà (éd.), Roma S.P.Q.R : Senatus Populus Que Romanus, Madrid
    .
  • Balty 1977 J.-C. Balty, « Un nouveau portrait de Trajan », Les cahiers de Mariemont. Bulletin du Musée royal de Mariemont, 8, p. 45‑62
    .
  • Balty, Cazes, Rosso 2012 J.-C. Balty, D. Cazes, E. Rosso, Les portraits romains , 1 : Le siècle des Antonins, 1.2 (Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane), Toulouse
    .
  • Braemer 1952 F. Braemer, « Les portraits antiques trouvés à Martres-Tolosane », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, p. 143‑148
    .
  • Cazes 1999 D. Cazes, Le Musée Saint-Raymond : musée des Antiques de Toulouse, Toulouse-Paris
    .
  • Espérandieu 1908 É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, 2. Aquitaine, Paris
    .
  • Fittschen, Zanker 1985 K. Fittschen, P. Zanker, Katalog der römischen Porträts in den Capitolinischen Museen und den anderen kommunalen Sammlungen der Stadt Rom, Mayence
    .
  • Gross 1940 W.H. Gross, « Bildnisse Traians », Das römische Herrscherbild, 2, 2
    .
  • Joulin 1901 L. Joulin, Les établissements gallo-romains de la plaine de Martres-Tolosane, Paris
    .
  • Mansuelli, Uffizi 1958 G.A. Mansuelli, Uffizi, Galleria degli Uffizi : Le sculture, Rome
    .
  • Pugliese Carratelli 1997 G. Pugliese Carratelli, Enciclopedia dell’arte antica classica e orientale : secondo supplemento, 1971-1994, Rome
    .
  • Rachou 1912 H. Rachou, Catalogue des collections de sculpture et d’épigraphie du musée de Toulouse, Toulouse
    .
  • Rosso 2006 E. Rosso, L’image de l’empereur en Gaule romaine : portraits et inscriptions (Archéologie et histoire de l’art), Paris
    .
  • Sánchez Montes, Rascón Marqués 2006 A.L. Sánchez Montes, S. Rascón Marqués, Civilización. Un viaje a las ciudades de la España Antigua. Exposición, Antiguo Hospital de Santa María la Rica en Alcalá de Henares, 3 de octubre de 2006 -7 de enero de 2007
    .
  • Musée Saint-Raymond 2011 Musée Saint-Raymond, L’image et le pouvoir : le siècle des Antonins. Exposition, Musée Saint-Raymond, Toulouse, 19 novembre 2011-18 mars 2012, Toulouse
    .
  • Musée Saint-Raymond 1995 Musée Saint-Raymond, Le regard de Rome : portraits romains des musées de Mérida, Toulouse et Tarragona. Exposition, Mérida, Museo nacional de arte romano ; Toulouse, Musée Saint-Raymond ; Tarragone, Museu nacional arqueològic de Tarragona, 1995, Toulouse
    .

Pour citer cette notice

Capus P., "Buste de Trajan", dans Les sculptures de la villa romaine de Chiragan, Toulouse, 2019, en ligne <https://villachiragan.saintraymond.toulouse.fr/ark:/87276/a_ra_117>.