Partie 3 L’art grec revisité

Esculape

0%
Esculape
Esculape
Date de création
IIe siècle
Matériau
Marbre d’Afyon (Turquie)
Dimensions
H. 69 x l. 43 x L. x P. 19,5 (cm)
Numéro d’inventaire
Ra 41

Esculape (l’Asclépios grec), dieu de la médecine, fut confié, très jeune, par son père, Apollon, au centaure Chiron qui lui apprit l’art de la guérison. La discipline est symbolisée, entre autres, par le serpent, dont on aperçoit encore la queue, sur la base, à gauche, qui s’enroulait autour du bâton noueux que tenait la divinité d’Épidaure.

Vue dans un premier temps comme la Esculape de Bulla Regia, musée du Bardo (Tunisie), Elcèd77 / Wikimedia Commons CC BY-SAvariante d’un original grec du Ve siècle avant n. è., cette œuvre est aujourd’hui classée dans la catégorie des pastiches. Si on suppose que le type aurait été créé à l’époque impériale, il n’en garde pas moins l’essence de l’art grec classique E.M. Koppel, E.M. Koppel, « Petite statue du dieu guérisseur Esculape », D. Cazes, Museu nacional arqueologic, Musée Saint-Raymond (éd.), Tarraco, capitale de l’Hispania citerior. Exposition, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 27 juillet-26 novembre 2005, Toulouse-Tarragone, 2006, p. 176.. Le prototype connut un grand succès, comme semble en  attester, en l’occurrence, Esculape, musée national archéologique de Tarragone, Ramon Cornadó, musée de Tarragoneune autre réplique, de même format, découverte dans la salle froide (frigidarium) des thermes inférieurs de la villa d’Els Munts, à Altafulla (Catalogne) E.M. Koppel, « La decoración escultórica de las villae romanas en Hispania », Poblamiento rural romano en el sureste de Hispania : actas de la Jornadas celebradas en Jumilla del 8 al 11 de noviembre de 1993, 1995, p. 27‑48, p. 42.. La statue de moyen format, mise au jour à Chiragan dès le début des fouilles de Du Mège, en 1826, proviendrait-elle également de l’un des deux ensembles balnéaires de la villa ? Les liens profonds qui unissent les eaux au dieu guérisseur ne contrediraient pas cette hypothèse.

P. Capus

Bibliographie

  • Landes 1992 C. Landes (éd.), Dieux guérisseurs en Gaule romaine. Exposition, Musée archéologique Henri Prades, Lattes, 1992, Lattes
    .
  • Cazes 1999 D. Cazes, Le Musée Saint-Raymond : musée des Antiques de Toulouse, Toulouse-Paris
    .
  • Du Mège 1835 A. Du Mège, Description du musée des Antiques de Toulouse, Toulouse
    .
  • Du Mège 1828 A. Du Mège, Notice des monumens antiques et des objets de sculpture moderne conservés dans le musée de Toulouse, Toulouse
    .
  • Espérandieu 1908 É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, 2. Aquitaine, Paris
    .
  • Joulin 1901 L. Joulin, Les établissements gallo-romains de la plaine de Martres-Tolosane, Paris
    .
  • Rachou 1912 H. Rachou, Catalogue des collections de sculpture et d’épigraphie du musée de Toulouse, Toulouse
    .
  • Roschach 1865 E. Roschach, Catalogue des antiquités et des objets d’art, Toulouse
    .
  • Thiollier-Alexandrowicz, Bedon, Chevallier 1996 G. Thiollier-Alexandrowicz, R. Bedon, R. Chevallier, Itinéraires romains en France : d’après la "Table de Peutinger" et l’ "Itinéraire d’Antonin", Dijon
    .

Pour citer cette notice

Capus P., "Esculape", dans Les sculptures de la villa romaine de Chiragan, Toulouse, 2019, en ligne <https://villachiragan.saintraymond.toulouse.fr/ark:/87276/a_ra_41>.