Partie 4 L’antiquité tardive

Hercule et Cerbère

0%
Hercule et Cerbère
Date de création
Fin du IIIe siècle
Matériau
Marbre de Saint-Béat (Haute-Garonne)
Dimensions
H. 143 x l. 85,5 x L. 85,5 x P. 19 (cm)
Numéro d’inventaire
Ra 28 e

Le voyage dans les Enfers, dont le chien à trois têtes, Cerbère, était le gardien, correspond à l’ultime mission demandée à Héraclès/Hercule. L’épreuve est déjà présente chez Homère Homère, Iliade, VIIIe siècle av. J.\nolinebreak-\nolinebreakC., chant 8, vers 362-369. Homère, Odyssée, fin VIIIe siècle av. J.-C. (circa), chant 2, vers 623-626.. Le fils d’Alcmène doit ramener le monstre vivant du monde des morts, dont, bien entendu, nul humain ne pouvait revenir. Hadès/Pluton, maître du royaume infernal, y autorise Hercule à capturer Cerbère à la condition que la mission soit effectuée sans armes. Mordu par le dragon qui formait la queue du gardien des Enfers, Hercule empoigne alors le chien par le cou. Le souffle ainsi coupé, Cerbère se laisse dominer Pseudo-Apollodore, Bibliothèque, IIe siècle (circa), II, 5, 12.. Le tribut est apporté à Eurysthée qui, terrifié, ordonne alors à son cousin de le ramener là où il l’avait trouvé.

Sur le relief, survit le seul corps d’Hercule. Cependant, le mouvement de la léonté, qui flotte dans son dos, dénote une grande agitation. Il faut sans doute imaginer Cerbère, traîné hors des Enfers, à droite du héros, ce dernier tournant peut-être la tête vers le terrifiant gardien tricéphale. L’identification de l’épreuve est ici rendue possible grâce à l’attitude d’Hercule, semblable à celle qui fut souvent adoptée par les artistes, dans la ronde-bosse, sur des sarcophages ou des mosaïques, afin d’illustrer ce thème Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae (LIMC). V. 1, Herakles - Kenchrias, Zürich ; Munich, 1990, 2649, 2656, 2661, 2662, 2664..

La victoire sur la nuit éternelle résonne bien entendu à travers ce voyage infernal. On sait que le héros a préalablement effleuré, sinon côtoyé, la mort lors de son passage dans l’île du soleil couchant, Érythie, chez le monstre tricéphale Géryon, ou chez les Hespérides, filles de la nuit, autre lieu de frontière. La descente dans le royaume des morts, ou catabase, n’est pas spécifique au mythe d’Hercule, loin s’en faut. Il s’agit là d’une initiation qui rend possible le sauvetage de l’âme et son apothéose. Afin d’accomplir une telle épreuve, Hercule doit être préalablement initié aux mystères de la déesse Déméter, à Éleusis, non loin d’Athènes. Cette instruction conditionne la communication vers les Enfers, une meilleure protection dans les ténèbres, une meilleure connaissance du royaume des ombres. Alors peut s’accomplir l’appropriation du chien d’Hadès, condition pour une autre conquête : l’immortalité, accordée par Zeus, sur le mont Oeta C. Jourdain-Annequin, Héraclès aux portes du soir : mythe et histoire (Annales littéraires de l’Université de Besançon), Paris, 1989, p. 511, 563-564..

Il est difficile de ne pas songer au contexte des épreuves du temps, auxquelles était confronté l’empereur Maximien, depuis les soulèvements populaires des bagaudes en Gaule jusqu’aux mouvements sécessionnistes berbères en Afrique. Le récit herculéen ne pouvait que résonner à travers ces combats victorieux, véritable catalyseur pour une apothéose impériale, ardemment désirée, à n’en pas douter.

P. Capus

Bibliographie

  • Espérandieu 1908 É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, 2. Aquitaine, Paris
    .
  • Joulin 1901 L. Joulin, Les établissements gallo-romains de la plaine de Martres-Tolosane, Paris
    .
  • Massendari 2006 J. Massendari, La Haute-Garonne : hormis le Comminges et Toulouse 31/1 (Carte archéologique de la Gaule), Paris
    .
  • Rachou 1912 H. Rachou, Catalogue des collections de sculpture et d’épigraphie du musée de Toulouse, Toulouse
    .
  • Roschach 1865 E. Roschach, Catalogue des antiquités et des objets d’art, Toulouse
    .
  • Jourdain-Annequin 1989 C. Jourdain-Annequin, Héraclès aux portes du soir : mythe et histoire (Annales littéraires de l’Université de Besançon), Paris
    .

Pour citer cette notice

Capus P., "Hercule et Cerbère", dans Les sculptures de la villa romaine de Chiragan, Toulouse, 2019, en ligne <https://villachiragan.saintraymond.toulouse.fr/ark:/87276/a_ra_28_e>.